Imprimir
Claudio Sergio lngerflom (

Claudio Sergio lngerflom (NRS, FRANCIA)

L'HISTORIEN ET LA NAIVETE

Les mouvements populaires sont très souvent qualifiés de "naïfs" par l'historiographie qui emploie également des formules comme "illusions monarchistes" : cette terminologie est censée rendre compte de la foi populaire dans les qualités inamissibles, done inhérentes du monarque. En fait, elle suppose l'attribution aux acteurs de la conception du monde de l'historien: c'est à ce prix que l'un est déclaré naïf par le discours de la science. La pensée politique contemporaine fondée sur l'immanence de la légitimité du pouvoir se substitue à une pensée politique dont les références symboliques et conceptuelles sont transcendantes. Ainsi, malgré les sympathies que l'historien peut parfois ressentir pour la protestation collective, les acteurs sont dépossédés de leur parole, chosifiés et jugés selon les rapports qu'en tant que citoyen, l'historien entretient avec le pouvoir de son époque Cette historiographie reste prisonnière de l'évolutionnisme et quel que soit son credo explicite, elle refuse l'altérité.

On prendra ici quelques exemples historiographiques à propos des mouvements paysans à l'époque moderne aussi bien dans l'Europe occidentale que dans le monde slave.

Cette lecture débouche sur plusieurs questions concernant les fondements philosophiques d'une telle démarche, les fonctions politiques de ce discours, la place de l'ulopie dans l'interprétation contemporaine, etc.

La communication essayera en particulier d'éclairer le lien étrange et paradoxal entre le discours historiographique contemporain à propos de la "naïveté" des acteurs collectifs et le sens que ce mot possédait à l'époque des faits.

Le dépassement de l'évolutionnisme suppose, au moins, de reconstruire le sens que les acteurs attribuaient à leur monde et à leurs actions en respectant leur langage et de penser la réactualisation sémantique du passé opérée à travers la réalisation de la signification laissée " en suspens " (Paul Ricjur) par les événements au moment de leur accomplissement.