Imprimir
Hubert WATELET Université d'Ottawa

Mesa J. L'histoire est-elle encore une science ?

Hubert WATELET Université d'Ottawa

Pour tenter de répondre à une telle question, il faudrait se donner une vue d'ensemble des disciplines à tendance scientifique, de la physique à l'histoire. Ce sera l'objet des quelques moments dont on dispose.

I. Tout est question de degrés

Cela est vrai en sciences dures, des théoriciens de la physique aux biologistes de laboratoires: il y a toute une série de degrés dans ces disciplines, d'autant qu'elles se sont elles-mêmes fort diversifiées. De même, il y a toute une série de degrés, en sciences humaines et sociales, des économistes ou des linguistes à l'histoire. Celle-ci étant l'une des disciplines les moins dures, s'il on admet que l'une des caractéristiques de l'historien, c'est d'éviter autant que possible le réductionnisme.

En ce sens, on peut dire que s'il y a du vrai dans la théorie des deux cultures d'un C.P. Snow, il ne faut pas en exagérer la portée. Il y a une large osmose entre disciplines à tendance scientifique.

II. Pratiques et opinions

Contre les tendances dissolvantes du postmodernisme, il faut tenir, avec I. Stengers, notamment, à la distinction fondamentale entre pratiques et opinions. Dans toute discipline à tendance scientifique il a des protocoles, des règles à respecter, pour que l'on travaille de façon rigoureuse; ou du moins, de façon aussi rigoureuse que possible.

Dans la mesure où les chercheurs s'efforcent de respecter ces exigences, il est faux de dire qu'ils expriment simplement des opinions. Ce qui ne veut pas dire, évidemment, que rigueur et exigences suffisent à garantir la valeur de leurs résultats.

III. Art

C'est que dans toutes les disciplines à tendance scientifique, même dans celles qui sont considérées comme les plus dures - surtout lorsqu'elles se veulent novatrices -, il y a chez le chercheur une part d'intuition, de savoir-faire, de subjectivité. C'est particulièrement vrai en ce qui concerne la problématique.

Tout est ici encore une question de degrés. À tout prendre, l'histoire est plus un art qu'une science, mais ce qu'il faut bien voir, c'est que toutes les disciplines ont leur dimension artistique.