Debates


Historiografía

 


Depuis l'élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République en mai 2007, nous assistons à une réelle politique de récupération de la mémoire historique sans aucune considération scientifique ; le seul objectif étant de valider des positions émanant de l'Elysée. Ainsi, des propositions des plus fantasques ont agrémenté cette politique, comme la lecture de la lettre de Guy Môcquet imposée aux enseignants dans tous les établissements scolaires le 22 octobre, ou encore, l'adoption par des élèves de CM2 de la mémoire d'un enfant juif victime de la Shoah... Or, depuis quelques semaines, le débat s'est englué autour de la question de l'identité nationale que le Chef de l'Etat a voulu imposer - est-ce le fruit du hasard du calendrier électoral ? - juste avant les élections régionales, et ceci dans un climat de large désaffectation vis à vis de son camp. Comme cela était prévisible, nombre de réunions organisées dans les préfectures ont été le théâtre de joutes verbales nauséabondes sur l'immigration, le colonialisme, l'histoire et ...l'identité nationale. C'est pourquoi une pétition rédigée par des historiens a été mise en ligne pour refuser les termes d'un débat, qui en soi aurait pu être utile si il n'avait pas été l'objet d'une instrumentalisation supplémentaire de la mémorie collective.

Cordialement.

N. Prognon (GRHI-UTM)