Historia Inmediata


Laicicidad


 
La question de la laïcité en France est le reflet d'une question de société. Historiquement, on ne peut pas parler de réelle politique de l'immigration dans l'hexagone ; aussi, en raison de la faillite de l'intégration des populations issues de l'immigration - aujourd'hui la seconde et la troisième génération -, il paraissait inéluctable que le problème du religieux viendrait interférer avec les difficultés sociales de ces personnes - et, principalement, les filles-.

Aussi, pour répondre, dans la mesure du possible, aux attentes déviantes de certaines franges des musulmans, le gouvernement de M. Raffarin a décidé de statuer à nouveau sur le sujet de la laïcité en ne faisant que reprendre la trame de la loi de 1905 ; nous avons surtout un problème avec notre mémoire collective et la démagogie ne peut-être, à elle seule, une réponse pérenne à la désintégration sociale des immigrés ou des Français, nés de parents immigrés.

Dans les faits, tout port de signe religieux "ostensible" - pour ne plus dire "ostentatoire", eu regard à la loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat - est interdit dans les établissement scolaires et publics et il ne semble pas envisageable de négocier sur ce point sans remettre en cause les fondements d'une république multiculturelle, même si celle-ci s'est, malheureusement, construite sur des bases coloniales.

Cordialement.

Nicolas Prognon. (GRHI, Toulouse)


+++++++++++++++++++
 

Monsieur Verbo Romero,

Vous mettez en avant le fait que la législation sur le voile puisse porter atteinte à la liberté, sous toutes ses formes telle qu'elle protégée par la constitution. Pour ma part, je ne suis pas persuadé qu'un tel texte soit susceptible d'être soupçonné d'être liberticide; d'ailleurs car ce type d'argument est amplement relayé par les réseaux fondamentalistes quels qu'ils soient. La laïcité définit un cadre collectif préservant de facto les libertés fondamentales mais individuelles. Cependant, je souscris à votre sentiment relatif à la situation actuelle du droit en France, notamment au niveau social.

Nicolas Prognon (GRHI)